Terry Moore

La gracieuse Terry Moore naquit Helen Luella Koford le 7 Janvier 1929 dans une famille de stricts mormons à Glendale en Californie.

Sa maman adorée étant une créatrice de mode, Terry fera dès son plus jeune âge ses débuts comme mannequin enfant avant de passer au stade « jeune fille ». Il est d’ailleurs amusant de constater que non seulement la jeune Helen adorait ses parents, mais que ceux-ci lui faisaient une pleine et entière confiance. Ils ne mettront pas de veto à sa vocation d’actrice, et lorsqu’elle sera une starlette sous contrat parmi des milliers d’autres, sa maman ira jusqu’à lui dessiner et lui confectionner des robes qui la mettront très en valeur!

Elle commencera sa carrière très tôt, à l’âge de dix ans. Elle joue à la radio puis décroche ses premiers contrats qui lui permettront de fréquenter Mickey Rooney, Judy Garland ou Elizabeth Taylor et Debbie Reynolds à l’école des jeunes talents de la MGM.

D’enfant elle passera aux adolescentes et des adolescentes aux jeunes filles, ce qui veut dire en langage hollywoodien « starlette »! Terry Moore va porter pour le plaisir des photographes et des calendriers une telle collection de bikinis en tous genres que je crois bien voir en elle la championne absolue de cet exercice de style pourtant courant! Cette invraisemblable collection de swim-suits » ne la portera toujours pas outre mesure à l’attention des producteurs et autres metteurs en scène qui la trouvent certes bien jolie, mais bon. Elle n’est pas la seule!

terry moore

Elle aura beau en rajouter dans le côté sexy provocant, elle a toujours l’air d’une teenager en bonne santé.

Elle avait enfin obtenu un vrai premier rôle dans « Mighty Joe Young » où elle suscitait la passion amoureuse d’un cousin de King Kong et le film lui avait valu un joli succès…Sans connaître la suite fracassante que Terry était en droit d’espérer. Certes elle tourne, mais elle est loin des portes de la gloire et si son fan mail s’étoffe , c’est bien entendu pour lui demander la photo du dernier bikini en date! L’inévitable Howard Hugues est entré dans sa vie et Terry crut longtemps devenir madame Hugues. Ils vécurent ensemble, parlèrent mariage, mais le jour où Terry invita ses parents pour qu’ils rencontrent son fiancé, après les avoir fait attendre une heure, il parut nu comme un ver au sommet des escaliers et lui lança « Fous-moi ces deux péquenots dehors! » Pour Terry qui vénère ses parents c’en fut trop!

Paradoxalement, lorsque l’heure de la retraite fut venue, Terry Moore déclara avoir bel et bien été mariée avec Howard Hugues, et…l’être restée depuis 1949! On est en droit dès lors de se poser des questions sur…Les trois autres mariages encore à venir dont celui de Hugues avec Jean Peters qui fut, rappelons-nous-en, l’épouse officielle du fou volant jusqu’à leur divorce de 1971!

terry moore

Mais mariage ou pas, Terry Moore se jettera alors dans une joyeuse farandole sentimentale faite de flirts en tous genre où on aura le plaisir de croiser entre autres élus Nicky Hilton  fraîchement émoulu de son divorce avec Elizabeth Taylor, l’élégant Laurence Harvey et le footballeur Glenn Davis qu’elle épouse le 8 Février 1951 pour en divorcer…deux mois plus tard! Viendra ensuite le règne de Kirk Douglas qui hurlera son amour pour elle comme un loup à la lune, prenant l’avion pour aller la voir jouer partout où elle se produit en Amérique et se lamentant déjà qu’à la fin de 1952 elle doive partir tourner en Europe avec Fredric March! Elle est maintenant une actrice connue, on relaye ses faits et gestes dans la presse, elle signe des autographes, elle a des visons et un agent.

Lequel ne songera pas un seul instant à la proposer pour donner la réplique à Burt Lancaster dans   »Come Back Little Sheba » alors que toutes les jeunes actrices sont sur les rangs! Lorsqu’elle lui demandera pleine de candeur « Pourquoi ne m’ont-ils pas encore fait passer un test? » Il lui répondra tout aussi candide: « Parce que je ne vous ai pas proposée, ils cherchent une fille sexy! » Et là c’en fut trop! Elle se rua au studio dans son plus moulant sweater et exigea de rencontre Daniel Mann qui devait diriger le film. Elle se planta sur une chaise jusqu’à obtenir satisfaction! Elle eut non seulement son test, mais elle obtint le rôle, un rôle qui allait lui valoir une nomination aux Oscars pour le meilleur second rôle féminin. Terry ne rentrera pas chez elle avec la statuette la plus convoitée du monde. C’est Gloria Grahame qui l’embarque pour « The Bad and the Beautiful », mais au moins elle avait montré de quoi elle était capable!

 terry moore
Malheureusement pour elle, les producteurs ne vont pas se ruer à ses pieds pour qu’elle traverse des ponts d’or vers le trône de reine d’Hollywood. Il y a chez Terry Moore quelque chose de trop primesautier qui l’apparentera toujours à une teenager, telle une Debbie Reynolds qui jouera encore les pucelles de lycée quand ses propres enfants iront déjà à l’école!

Après avoir été « pas assez sexy » pour Daniel Mann en 1952, l’année suivante elle est jugée comme « bien trop sexy » par Elia Kazan pour « L’Homme sur la Corde Raide » et le rôle faillit lui échapper. Elle dut à nouveau faire le siège du réalisateur selon ses propres dires: « Le cheveu hirsute, presque sale et fringuée comme Marlon Brando »! Elle obtint le rôle et Hollywood se régala tant de l’histoire que le magazine « Life » lui offrit sa couverture. « Terry Moore, le garçon manqué d’Hollywood » titra le fameux magazine! Mais le film de Kazan terminé, Terry retrouva sa routine teenager! En 1957, elle a 28 ans, elle est toujours collégienne pour « Peyton Place » où elle est la copine de classe un brin allumeuse de Diane Varsi et de Hope Lange! Il y a dix ans qu’elle redoublait ses classes pour les besoins des films qu’elle tournait!

Elle s’était très brièvement remariée à un certain Eugène MacGarth avant de convoler en 1959 avec Stuart Cramer qui restera son mari jusqu’en 1972 et lui donnera deux enfants. Détail amusant, Stuart Cramer était le mari de Jean Peters quand Terry se considérait comme la fiancée d’Howard Hugues. Jean Peters divorcée et devenue madame Hugues, Terry épousa à son tour l’ex mari de Jean Peters! Un échange de bons procédés en somme.

terry moore

Terry Moore fut une personnalité incontournable du Hollywood des années 50. Elle avait tourné pour de grands metteurs en scène dans de grands films, elle avait connu gloire et succès et le prestige d’une nomination aux Oscars. Mais malgré tout il avait manqué le petit « je ne sais quoi » qui aurait fait d’elle une star. On aimait Terry Moore, on ne la vénérait pas comme on vénérait une Garbo, une Marilyn ou même une Hedy Lamarr.

Épouse et mère, elle ralentit ses activités dès les années 60 et se fit plus rare. Moins de dix films en dix ans. Sans doute attendait-elle « le » rôle qui lui vaudrait enfin cette vraie gloire qu’elle méritait mais il ne vint pas!

Les années 70 ne seront guère plus prolifiques, il faudra se contenter de deux films seulement, même si miss Moore ne détellera jamais officiellement. Les années 70 avaient d’ailleurs donné un sérieux coup de vieux à son souvenir car la génération Beatles et Rolling Stones considéra les belles de campus bien amidonnées des années 50 comme d’épouvantables reliques du kitsch absolu.

Par contre, fière d’une beauté enfin épanouie, et surfant sur la vague de nostalgie pour les reines du Hollywood d’autrefois, Terry Moore reviendra dans les années 80 et 90  orner de sa présence quelques génériques hollywoodiens. On avait reparlé d’elle dès le décès d’Howard Hugues lorsqu’elle révéla la fameuse affaire du « mariage secret made in 1949″ et la succession Hugues lui versera d’ailleurs une somme colossale en 1984. Elle en profitera dans la foulée pour poser nue pour la première fois dans « Play-boy », histoire de montrer qu’une femme de 55 ans a encore de quoi émoustiller de jeunes générations!

terry moore

Terry Moore se remariera encore deux fois, avec Richard Carrey puis avec Jerry Rivers qui la laissera veuve en 2001.

Notre héroïne a aujourd’hui franchi allègrement le cap des 90 ans et se porte comme un charme. Toujours blonde, toujours mince, toujours belle, elle a finalement cédé à l’appel de la chirurgie esthétique qu’elle avait tant décriée durant des années mais son radieux sourire n’a pas changé. Il est resté celui de la petite fleur des sunlights.

A l’heure où j’écrivais ces lignes pour la première fois, en Mai 2011, miss Terry Moore était en tournage dans son cher Hollywood avec Grant Cramer qui n’est autre que son fils dans « La Guerre du Beurre », titre provisoire du film dont elle avait le premier rôle à 82 ans!

Celine Colassin

terry moore

QUE VOIR?

1940: The Howards of Virginia: Avec Martha Scott et Cary Grant

1944: Sweet and Low-Down: Avec Linda Darnell et Benny Goodman

1946: Shadowed: Avec Anita Louise et Lloyd Corrigan

1948: Summer Holiday: Avec Gloria de Haven et Mickey Rooney

1949: Mighty Joe Young: Avec Ben Johnson

1950: Gambling House: Avec Victor Mature

1951: Two of a Kind: Avec Lizabeth Scott et Edmond O’Brien

1952: Come Back Little Sheba: Avec Burt Lancaster et Shirley Booth

1952: Man on a Tightrope: Avec Fredric March, Gloria Grahame et Cameron Mitchell

1953: Beneath the 12 Mile Reef: Avec Robert Wagner et Gilbert Roland

1953: King of Kyber Rifles: Avec Tyrone Power

1955: Papa Longues Jambes: Avec Leslie Caron et Fred Astaire

1956: Between Heaven and Hell: Avec Robert Wagner et Broderick Crawford

1957: Peyton Place: Avec Diane Varsi, Hope Lange et Lana Turner

1957: Bernardine: Avec Pat Boone et Janet Gaynor

1959: Cast a Long Shadow: Avec Audie Murphy

1959: A Private’s Affair: Avec Christine Carrère, Sal Mineo et Barbara Eden

1960: Platinum High School: Avec Mickey Rooney et Dan Duryea

1960: Why Must I Die: Avec Debra Paget

1965: Les Eperons Noirs: Avec Linda Darnell, Rory Calhoum et Scott Brady

1965: Town Tamer: Avec Dana Andrews, Pat O’Brien, Lon Chaney Jr. et Bruce Cabot.

1966: Waco: Avec Jane Russell et Howard Keel

1968: A Man Called Dagger: Avec Paul Mantee et jan Murray

1972:The Daredevil: Avec Georges Montgomery

1978: Death Dimension: Avec Georges Lazenby, Jim Kelly, Aldo Ray et Harold Zakata

1985: Hellhole: Avec Judy Landers et Edy Williams.

1987: W.A.R.: Women Against Rape: Avec Georgette Baker, Don Swayze et Frank Stallone

1989: Going Overboard: Avec Billy Zane et Adam Sandler

1998: Second Chances: Avec Tom Amandes, Isabel Glasser et Stuart Whitman

2007: The Still Live: Avec Jason Barry et Rachel Miner

 

pas de réponses

Laisser un commentaire

fab89 |
Pour tout les fans de "Gran... |
tout sur tout ... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | boy/prodessin/ciné-Bd
| cinemathequefrancaise
| loladu84mdr